Soutenez le PS

Adhérez au PS

Thierry Mariani, l’UMP et le syndrome Fukushima?

On se souvient que Nicolas Sarkozy, candidat malheureux à la présidentielle de mai 2012, avait osé prétendre être allé à Fukushima alors qu’il ne s’y était jamais rendu (voir notre information du 15 avril 2012 sur ce blog). Par Fukushima, tout le monde entend et comprend la centrale nucléaire. A défaut la ville de Fukushima… mais il faut le préciser dans ce cas. Si il s’agit de la préfecture de Fukushima, il convient alors de le dire. Les mots ont leur importance surtout lorsqu’ils sont synonymes de tant de souffrances.

A écouter attentivement la vidéo de Thierry Consigny, délégué de l’UMP, soutenant Thierry Mariani – vidéo visible ici – on se demande si le syndrome Fukushima n’a pas encore frappé les Sarkozystes ?

En effet, lorsque Thierry Consigny déclare être allé avec Thierry Mariani « dans les zones dévastées de Fukushima », la section du PS au Japon demande des précisions sur les visites effectuées. S’agit-il de « zones dévastées » par le séisme, le tsunami ou les effets des radiations ? Visites pour quelle expertise de la part de l’ex-ministre des Transports ?

Autant nous sommes les premiers à rendre hommage au geste d’humanité et de solidarité fait, au nom de la France, par le Premier ministre de l’époque, François Fillon, qui s’était rendu en octobre 2012 dans la ville dévastée d’Ishinomaki, préfecture de Miyagi, autant nous sommes dubitatifs sur des affirmations électoralistes en faveur d’un ministre des transports qui ne s’est vraiment intéressé au Japon qu’à partir du moment il a été investi par l’UMP pour les législatives dans la 11eme circonscription.

Autant nous sommes sensibles aux paroles de l’homme d’Etat François Fillon prononçées en faveur du peuple japonais lors du discours du 8 mars 2012, autant l’exploitation électoraliste de prétendues visites à Fukushima, de Nicolas Sarkozy aux amis de Thierry Mariani, nous laissent plus que perplexes.

Nous attendons donc d’être informés, en toute transparence par l’UMP Japon, sur les visites réellement effectuées par Thierry Mariani dans « les zones dévastées de Fukushima » avant d’associer, ou non,  le nom de l’ex-ministre des Transports à la reconnaissance républicaine dont nous n’hésitons pas à gratifier François Fillon.

En toute indépendance d’esprit et par respect pour nos amis japonais.

Les commentaires sont fermés pour cet article